Élise Pilote

J’ai assisté à la série d’ateliers sur le perlage autochtone proposée par la designer autochtone francophone ojibwée anichinabée kwe Stephanie Peltier durant le mois de décembre 2020.

Ces ateliers pratiques de création de boucles d’oreille avaient comme but de nous initier à la technique de perlage autochtone. Cette activité m’a ouvert les yeux sur une culture qui est en réalité très vivante et qui a su persister à travers les siècles. Avant de suivre cette formation pratique, je n’avais jamais eu la chance de pratiquer le perlage. J’ai énormément appris non seulement sur la culture autochtone, mais aussi sur cet art unique. Je me trouve privilégiée dans un sens, car nous n’avons pas tous les jours la chance de nous imprégner d’une culture différente de la nôtre.

Élise et ses boucles d'oreilles de l'atelier de perlage autochtone

En tant qu’ambassadrice de Chantiers jeunesse, j’ai participé à ces ateliers pour en apprendre sur une nouvelle culture et une nouvelle forme d’art. L’activité était composée de deux ateliers de 1 h 30 chacun. Un ensemble comprenant tous les éléments nécessaires était offert aux participantes et participants. Nous étions une quinzaine de personnes dans la salle Zoom. Étape par étape, la designer nous offrait des conseils pour nous améliorer. Nous avions aussi eu la chance d’apprendre sur sa culture par nos discussions. J’ai adoré tout ce que nous avons fait. Par le biais d’un art, j’ai pu constater que nos différences peuvent devenir une force puisque des ponts se lient entre les nations par le partage de traditions. Nous devons donc tout un chacun faire l’effort d’aller vers l’autre et de bâtir une société empreinte d’amour pour l’autre.

Il ne faut pas oublier que la différence est notre alliée et qu’elle nous permet de changer le monde dans lequel on vit.

En regardant ma précieuse création quelques semaines plus tard, j’ai pu mettre en perspective ce que j’ai appris. Les ateliers m’ont permis de me rendre compte de l’importance de se prendre en main pour permettre l’acceptation de la différence de culture des Premières Nations. En étant ambassadrice de Chantiers jeunesse, je suis enthousiasmée à l’idée d’avoir pu vivre ça. Il ne faut pas oublier que la différence est notre alliée et qu’elle nous permet de changer le monde dans lequel on vit.

boucles d'oreilles de l'atelier de perlage autochtone

À l’avenir, j’aimerais utiliser les compétences et les connaissances que j’ai acquises pour faire le pont entre les Autochtones et la société dans laquelle elles et ils vivent à travers mes actions à Chantiers jeunesse. Une expérience de ce genre aurait sûrement dû se donner en présentiel, mais elle a été tout de même réussie et instructive virtuellement. Je vais garder un agréable souvenir de ces ateliers qui m’ont aussi permis de prendre conscience de la réalité autochtone qui n’est pas enseignée à l’école. De ce fait, je vais maintenant user de mon leadership pour promouvoir leur différence et en faire des acteurs de demain.

N’oubliez pas, nous sommes tous responsables pour favoriser l’inclusion des Premières Nations.

Aujourd’hui, je suis grandement reconnaissant de l’expérience que Chantiers jeunesse m’a offerte. D’autant plus que ces deux semaines ont précédé l’annonce du gouvernement visant à confiner tout le monde pour se protéger de la COVID-19. Lorsque je repense à la vie avant la pandémie, mon souvenir le plus récent est ce chantier iJ’ai aussi pris quelques photos pour vous montrer le fruit de mon travail. J’espère que vous allez aimer mes magnifiques boucles d’oreille comme moi je les aime. N’oubliez pas, nous sommes tous responsables pour favoriser l’inclusion des Premières Nations. Ouvrez leur porte : vous ne serez pas déçues et déçus! Lancez-vous un défi pour aider les Autochtones et identifiez-nous pour qu’on voie ce que vous avez fait!


Élise Pilote – Ambassadrice CJ

Autres nouvelles

Voir tout